Facebook Twitter Newsletter

Pourquoi le salafiste Télesphore râle-t-il ?

22/10/2012 - OPPOSITION MOUTOUKI - Vu 629 fois

Pour avoir échoué aux portes du Comité de communication de la présidence de la République (Cocom), le salafiste Télésphore Obame Ngomo dit Tantine, ne décolère pas. Non, vraiment pas !

D’où, pour se venger et apaiser sa douleur, le pauvre salafiste s’est choisi une cible de poids, censée lui servir de punching-ball : Raphaël Ntoutoume Nkoghé, ci-devant conseiller du président de la République, chef de l’Etat.

Dans sa croisade, il vient d’avoir un allié de taille, dans le genre bien compris de la sottise : l’Equato (sic) Petit Lambert Ovono alias Bandit Lambert.

Ce sont ces deux gladiateurs, ces deux sicaires de la plume, chantres éprouvés de la suprématie d’une ethnie sur les toutes les autres qui, chaque jour que Dieu fait, inondent la Toile d’articles insensés, dans le but ultime de nuire à tous ceux qui ne pensent pas comme eux.

Mais c’est oublier qui est réellement ce Rambo appelé Télésphore Obame Ngomo ! Et puisqu’il veut faire fi du passé, rafraichissons-lui un peu la mémoire.

Lui, le plus grand intellectuel que la terre entière nous envie, peut-il feindre d’oublier le chemin qui mène au domicile privé de sa cible désignée ; domicile qu’il avait souvent squatté pour les raisons qu’il connaît ?

Certes, la nature humaine est faite ainsi, mais tout de même !

Lui, l’homme le plus incollable au monde, peut-il dire qu’il n’a jamais reçu de l’argent, en petites coupures, de la part de Maixent Accrombessi Nkani et Liban Soleman, du temps où il était encore autorisé à aller traîner ses guêtres au palais présidentiel ?

Télésphore Obame Ngomo peut-il seulement nier avoir reçu de l’argent de la part de Raphaël Ntoutoume Nkoghé à qui il promet aujourd’hui la potence au risque d’être traité de menteur et d’ingrat ?

Selon nos sources, des témoins existent, à l’instar d’un éminent confrère, Max Olivier Obame, que Télésphore ne peut ignorer !

De plus, se souvient-il de la fois où, pourchassé par Paul Biyoghé Mba, alors Premier ministre, qui lui avait promis l’enfer sur terre, « celui qui signe de son nom »(sic) s’était courageusement réfugié sous les pieds du Directeur et du Chef de cabinet du président de la République ; qu’il les avait supplié de lui fournir protection et moyens financiers conséquents avant de négocier un départ précipité en exil, par un vol commercial, en classe affaires ?

S’il l’a aussi oublié, rappelons-lui que ces protecteurs s’appellent encore Maixent Accrombessi Nkani et Liban Soleman. A moins qu’il ne souffre d’amnésie consécutive à ses folles nuits…

Pauvre Obame Ngomo, échouer si près du but. On comprend la profondeur de ses ressentiments.

Surtout si l’on se remémore sa violente diatribe sur Internet avec Patrick Essono alias Pahé. Une diatribe qui avait permis aux internautes de découvrir le vrai visage de Télésphore Obame Ngomo, éconduit sans ménagement par le célèbre caricaturiste.

On sait , à l’avance, que le gaillard va tenter de tout nier bloc. S’il s’y aventure, alors qu’il nous révèle l’identité de la charmante demoiselle pour qui son coeur bat la chamade.

Qu’il prenne donc tout son temps pour répondre, avant de dire des conneries.



Lire aussi...

Libreville, GABON